Onzième – livret des paroles 2017-09-11T19:02:01+00:00

La poule d’eau Stanislaw Witkiewicz
Traduit du polonais par Alain van Crugten – Ed. La Cité

Le chemin de Damas August Strinberg
Traduit du suedois par Alfred Jolivet et Maurice Gravier – Ed. L’Arche

« Je priais en rêve… » journal Franz Kafka
Traduit de l’allemand par Marthe Robert – Ed. La Pléiade

Les démons Fedor Dostoïevski
Traduit du russe par André Markovitch – Ed. Babel

Textes écrits en 1947 inŒuvres Antonin Artaud
(c) Editions Gallimard

King Richard II William Shakespeare
Ed. Sratford Shakespeare

Les frères Karamazov Fedor Dostoïevski
Traduit du russe par André Markovitch – Ed. Babel

Divina Commedia
Purgatorio Dante Alighieri
Chant VIII – Ed. Flammarion

Bucoliques géorgiques Virgile
Traduit du latin par Paul Valery -(c) Editions Gallimard

Nachtgesänge 6 Ganymed Friedrich Hölderlin
Edition de la Différence

Les démons Fedor Dostoïevski
Traduit du russe par André Markovitch -Ed. Babel

Nachtgesänge totengräbers heimweh Friedrich Hölderlin
Edition de la Différence

Rimes et plaintes
Invitation à l’étreinte amoureuse Torquato Tasso
Ed. Poésie Fayard

TELECHARGER LE LIVRET DE PAROLES

EN COMPAGNIE DE
Jean-Sébastien Bach, Ludwig Van Beethoven, Pierre Boulez, Sergiu Celibidache, Friedrich Cerha, Paul Dessau, Morton Feldman, Beat Furrer, Heinz Holliger, Faradj Karadjev, Francisco Lopez, Alvin Lucier, Witold Lutoslawski, Franck Martin, Luigi Nono, Krzysztof Penderecki, Gerard Pesson, Henri Purcel, Arnold Schoenberg, Franz Schubert, Salvator Sciarrino, Ruth Crawford Seeger, Dimitri Shostakovich, Jean Sibelius, Oscar Strasnoy, Piotr Ilitch Tchaikovski, Giuseppe Verdi, Hans Zender

« Onzième c’est entre dix et douze. C’est un milieu-un mitoyen-un méridien, le nombre d’un quatuor entendu en clairière avec Klaus dans les champs où sont les herbes et les grillons parler ou ne pas parler et se promener en compagnie des créatures « conversation sur la montagne » Paul, Scardanelli, Gherasim, Gilles l’entretien de cette conversation. Théâtre tente de dire l’endroit d’où l’on regarde, le lieu d’où l’on regarde et c’est, à prononcer, encore ce ressaisissement d’alerte, amitié et respect. »
François Tanguy